Exposition Materia Prima, 2018

Exposition

Cité de l’Agriculture, Marseille
Avec Aurore Pélisson, Marine Douet Ortiz
29 Octobre – 16 Novembre 2018


Si l’histoire de la teinture végétale a à voir avec les procédés de transformation alchimique de la matière[1]  : fermentation, décoction, et découverte des mordants qui permettront aux couleurs de se fixer dans la fibre. La teinture végétale renvoie également à une ontologie très ancienne qui interroge notre rapport actuel à la nature, l’usage des ressources naturelles et leur culture .

Jusqu’au XIX ème siècle la Provence était un grand producteur de plantes tinctoriales. La garance fut par exemple cultivée en Provence jusqu’en 1900 et utilisée dans de nombreux domaines.

Les deux artistes qui présenteront leurs créations à la Cité de l’Agriculture s’inspirent de cette attachement au territoire et d’une vision dézoomée de la place de l’homme dans la nature  pour créer.

En complément, une rencontre avec les cultivatrices du Champs des Couleurs qui relancent la culture des plantes tinctoriales en région PACA ouvrira la porte à une discussion sur l’histoire des plantes tinctoriales et leur culture

[1]  Pour les alchimistes, l’âme de l’homme serait de même nature que la matière première du monde, la Materia Prima. Issue du procédé de transmutation alchimique de la matière, la Materia Prima est l’essence de la vie.

Rencontre avec les cultivatrices-teinturières du Champ des Couleurs

« Notre Histoire est tout d’abord familiale, elle commence, il y a bien longtemps avec nos alleux, qui depuis plusieurs générations cultivent nos terres dans le village Provençal de la Roque d’Anthéron.

Après avoir exercé chacune différents métiers, nous avons suivi une formation agricole pour mettre en valeur une agriculture biologique, responsable, un savoir-faire.

Notre aventure tinctoriale commence en 2016 par un coup de foudre pour l’indigo et pour les plantes tinctoriales, leur histoire, leurs mystères, propriétés et utilisations incroyables ainsi que les atouts écologiques qu’elles représentent.

Nous avons choisi la Persicaire à indigo, la Garance et le Reseda, plantes très riches en pigments et les plus adaptés à notre terroir. En 2017, nous les avons cultivées pour connaître leurs préférences et besoins culturaux.En 2018 Le Champ des Couleurs voit le jour.

Au-delà de l’aspect agricole nous souhaitions mettre en valeurs nos matières premières, et réalisons l’extraction de l’indigo sur place à l’indigoterie grâce à des procédés naturels nous permettant d’obtenir des pigments d’une grande qualité et intensité.

Tous ces colorants et pigments végétaux ont de multiples applications, textile, savonnerie, cosmétique, beaux-arts, peintures….

Nous sommes également teinturières, car l’art est indispensable à notre harmonie. L’éthique des produits de grande consommation, comme le textile, est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. Grâce à notre partenaire FIBREBIO, nous avons accès à des tissus dont la traçabilité est irréprochable est respecté la nature et l’humanité. »

Le Champ des Couleurs, 2018